Accueil | Qui sommes-nous ?Notre histoire

Née en 1955, pour construire et exploiter l’aménagement hydroélectrique de Yaté, Enercal a les énergies renouvelables dans son ADN. Très vite chargée d’électrifier le territoire, Enercal se voit confier le transport de l’électricité et la gestion du système électrique calédonien ; elle va développer les réseaux et les moyens de production sans jamais oublier les énergies recouvrables. Dès le début des années 70, alors que l’électrification de tout le pays devient réalité, Enercal devient Distributeur et développe les services à l’attention des communes et de ses clients. Aujourd’hui, Enercal doit relever le challenge de la transition énergétique et du développement durable du pays.

    Légende

  • ENERCAL PRODUCTEUR
  • ENERCAL TRANSPORTEUR ET GESTIONNAIRE DU SYSTÈME ÉLECTRIQUE
  • ENERCAL DISTRIBUTEUR
  • ÉTAPES INSTITUTIONNELLES

2020
Première centrale agrinergie

Enercal, Akuo et Christophe Niautou inaugurent en février 2020, Agrinergie Focola, la première centrale solaire posée sur des serres anticycloniques permettant à la fois la pérennisation d’une production agricole et une production d’énergie solaire. Un concept révolutionnaire qui vise l’autonomie énergétique autant que l’autonomie agricole.

2019
Première centrale solaire avec stockage

Enercal et Promo Sud inaugurent en mars 2019, Wi Hâche Ouatom, la première centrale solaire avec stockage du territoire. Le stockage de l’énergie permet de pallier l’intermittence de production à base de soleil et de fournir au gestionnaire du système une quantité d’énergie définie à l’avance. La technologie du stockage apporte une véritable avancée dans la mise en œuvre de la transition énergétique. Avec une puissance de 10 MWc et un productible de 16,5 GWh/an, la centrale peut alimenter environ 4900 foyers calédoniens.

2017
Centrale de Mwiré à l’île des Pins

Enercal Énergies Nouvelles inaugure en mai 2013, sa première réalisation : la centrale photovoltaïque de Mwiré à l’Ile des Pins, d’une puissance de 250 kWc. Pouvant produire instantanément jusqu’à 30% des besoins de l’île, la centrale solaire de Mwiré inscrit l’île dans la transition énergétique.

2016
Finalisation du bouclage du nord

Enercal a achevé en 2013 une extension en boucle du réseau de transport d’électricité au nord de Koumac-Hienghène permettant de fiabiliser et de développer l’électrification de l’extrême Nord de la Grande Terre. C’est le « Bouclage du Nord ». 3 ans après, près de 1 600 foyers sont raccordés au réseau filaire interconnecté.

2013
EN ROUTE VERS L'AUTONOMIE ENERGETIQUE

Création d'Enercal Énergies Nouvelles SAS, filiale à 100 % d'Enercal destinée à l'étude et la mise en œuvre de projets de production d'énergies renouvelables et d'efficacité énergétique.

2010
LES RÉSEAUX DE RÉPARTITION 33 KV DU NORD

Enercal lance en 2010 la réalisation du « bouclage des réseaux de répartition du Nord », un ensemble d’investissements pour relier par l’intermédiaire d’une artère 33 kV, le poste 150 kV / 33 kV de Ouaième à celui de Koumac, tout en desservant les communes de Hienghène, Pouébo et Ouégoa. Cette appellation englobe également le raccordement en antenne 33 kV de la commune de Poum à partir du poste 150 kV / 33 kV de Koumac. Les travaux se sont achevés en mars 2014.

2008
ENERCAL UNE ENTREPRISE CALÉDONIENNE

Conformément à l’Accord de Nouméa (1998) qui prévoit que la Nouvelle-Calédonie dispose d’une maîtrise suffisante des principaux outils de son développement, le processus de cession des actions de l’État et de l’Agence Française de Développement au territoire donne lieu le 31 mars 2008 à la cession des titres et au transfert des 220 618 actions de l’État au profit de la Nouvelle-Calédonie qui devient ainsi l’actionnaire majoritaire avec 54,4 % des parts de la société. Le 7 avril 2008, l’Assemblée Générale Extraordinaire des actionnaires de l’entreprise valide les résolutions visant à adopter les nouveaux statuts de l’entreprise, ouvrant du même coup une nouvelle ère de gouvernance pour Enercal.

2007
CENTRALE THERMIQUE DE PRONY

Mise en service de la centrale thermique de Prony (tranche 1)

2003
CENTRALE THERMIQUE DE DUCOS

Courant 2003, Enercal renforce les équipements de sa centrale thermique de Ducos en aménageant un second moyen de production. L’entreprise installe une turbine à combustion ALSTOM GT-10B de 25,6 MW (mise en service le 23 septembre 2003).

1993 - 1999
LA CENTRALE THERMIQUE DE NÉPOUI

Poursuivant le développement du système électrique, Enercal met en service le 5 mars 1993 le Bureau Central de Conduite. Ce dernier a pour mission de garantir l'équilibre entre niveau de production et satisfaction de la demande, d'optimiser la gestion économique du système et d’influer sur la sûreté de celui-ci. Aboutissement d’une étude minutieuse, le site de Népoui est retenu pour sa position géographique de nature à améliorer la sécurité du réseau de transport 150 kV en créant un point de livraison d’énergie électrique dans sa partie supérieure et cela dans l’intérêt général des consommateurs. Enercal commence les études de la centrale Jacques IEKAWE en 1990 et installe en 1993, 2 moteurs diesels Wärtsilä NSD 16 V 46, chacun accouplé à un alternateur Jeumont Schneider de 12 MW. Le groupe N° 1 est mis en service le 26 juin 1993 et le groupe N° 2 le 1er août de la même année. Devant satisfaire la demande toujours grandissante de la distribution publique, l’entreprise équipe la centrale en 1999 de deux nouveaux moteurs diesels Wärtsilä NSD 16 V 46, chacun associé cette fois à un alternateur Alsthom de 14,5 MW. Couplé sur le réseau le 14 septembre 1999, le groupe N° 3 est rejoint par le groupe N° 4, le 3 novembre de la même année. La fin des années 90 voit également la mise en service des centrales de Ouenghé à Ouvéa (18 juin 1997), de Tadine à Maré (16 décembre 1997) et de Comagna à l’Ile-des-Pins (3 juin 1998).

1982 - 1991
LA DÉCENNIE ÉNERGIES RENOUVELABLES

Dans les années 80, Enercal réalise l’aménagement de deux sites hydroélectriques majeurs. Tout d’abord l’aménagement de la Néaoua (commune de Houaïlou), à l’amont du confluent de la Ouen Sieu et de la Ouen Déri, qui donne naissance à la rivière Néaoua. Mise en service le 8 novembre 1982, la centrale hydraulique de Néaoua est équipée de deux turbines Pelton, chacune accouplée à un alternateur de 3,6 MW. Puis Enercal procède à l’aménagement de la Tu, rivière située entre Houaïlou et Ponérihouen. Doté d’une turbine Pelton associée à un alternateur de 2,2 MW, cet aménagement est couplé au réseau le 4 octobre 1990. Forte de son expertise en matière d’énergies renouvelables, Enercal installe aussi 9 micro- centrales hydrauliques : les unités de Wadiana (Yaté, 1982), Kouaré (Thio, 1983), Katrikoin (Moindou, 1983), Pouébo (Pouébo, 1983), Ouaté (Pouembout, 1984), Caavatch (Hienghène, 1984), Borendy (Thio, 1987), Gohapin (Poya, 1987) et Ouégalé (Pouébo, 1991). Enercal met enfin en service ses premières installations photovoltaïques (Fayawa - Ouvéa 1984) et un aérogénérateur (Mwiré à l’Ile-des-Pins - octobre 1986). À la même période, l’entreprise lance le développement de son réseau de transport 150 kV. Ce développement est marqué par la réception technique des tronçons 150 kV Néaoua – Bourail le 21 mars 1983, Coula – Népoui le 16 décembre 1987, Ducos – Tontouta le 29 novembre 1988 et Tontouta – Boulouparis le 12 septembre 1989 ainsi que par la mise en exploitation du poste d’interconnexion 150 kV / 33 kV de Ducos le 6 octobre 1987.

1974 - 1976
LE SIVM SUD ET LE SIVM EST

Dès 1973, Enercal développe son réseau de Répartition 33 kV et réalise en 1973 la ligne Ducos – Doniambo. Puis elle met en service, le 3 septembre 1974, la ligne Ducos – Tontouta et le 24 décembre 1975 la ligne Tontouta – Boulouparis lançant l’extension vers l’intérieur de la Grande Terre. La démarche se poursuit avec la mise en exploitation le 25 mai 1976 de la ligne 33 kV Boulouparis – Moindou puis dans le Nord, le 21 décembre 1976 de la ligne 33 kV Koné – Voh, et le 24 juin 1977 de la ligne 33 kV Népoui – Koné. Enfin l’année 1978 voit la fin des travaux des lignes 33 kV Moindou – Néra (Bourail), Ponérihouen – Poindimié et Poindimié – Touho. Tout en réalisant ces aménagements, Enercal devient dès 1974 distributeur. Le syndicat intercommunal à vocations multiples du Sud (SIVM Sud) lui confie le 14 juin 1974 la concession de distribution de l’électricité des communes de Païta, Boulouparis, La Foa, Farino, Sarraméa et Moindou. Le SIVM Est fait de même le 18 août 1976 (communes de Houaïlou, Ponérihouen, Poindimié, Touho, Hienghène et Pouébo). Forte de cette confiance de deux SIVM, Enercal au fil du temps est devenue le concessionnaire de la distribution de l’électricité de 27 des 33 communes que compte la Nouvelle-Calédonie.

1973
ENERCAL DISTRIBUTEUR

À partir de 1973, la Société Néo-Calédonienne d’Énergie ajoute à ses activités de producteur et de transporteur d’énergie électrique, celle de distributeur (l’étape du service et de la commercialisation de l'électricité à son consommateur final). Le 15 mai 1973, l’entreprise devient en effet le concessionnaire de la distribution d’électricité de la zone aéroportuaire de la Tontouta (commune de Païta). Profitant de ses premiers retours d’expérience en matière d’exploitation de centrale thermique, Enercal aménage à Ducos (Nouméa) un nouveau moyen de production : une turbine à combustion (TAC) General Electric MS 5000 de 20 MW (mise en service le 23 septembre 1973. Cette TAC est utilisée lorsque cela est nécessaire, pour écrêter les pointes de la consommation d’énergie de la distribution publique, ou comme moyen de production de secours.

1972
CONCESSIONNAIRE DU TRANSPORT DE L’ÉLECTRICITÉ

Souhaitant donner naissance à un système électrique cohérent, la Nouvelle-Calédonie confie à Enercal, le 25 août 1972, la concession de transport d’électricité du Pays. Cette concession confère à l’entreprise la charge d’assurer par des réseaux de transport 150 kV et 33 kV, l’acheminement et la répartition de l'énergie électrique sur l'ensemble du territoire en vue de l'alimentation des concessionnaires des distributions publiques et des clients privés.

1970
LES PREMIERS MWH THERMIQUES

La signature de deux protocoles d’accord (26 novembre 1968 et 29 août 1969) entre la Société Le Nickel et Enercal confie à cette dernière la gestion des moyens de production de la pointe Doniambo (Nouméa). Enercal fait à cette occasion ses premiers pas dans le domaine de la production d’électricité d’origine thermique (le 1er janvier 1970). Sur ce site, l’entreprise exploite tout d’abord la centrale thermique de Doniambo A composée de 4 groupes de 16 MW dont l’un, propriété d’Enercal, est destiné aux besoins de la distribution publique. Puis elle assure la mise en service (septembre 1970) et l’exploitation de la centrale thermique B dotée de 4 groupes de 40 MW, la centrale électrique actuelle de la SLN.

1955 - 1958
L’AMÉNAGEMENT HYDROÉLECTRIQUE DE YATÉ

La société Enercal est créée le 27 août 1955 par un arrêté du ministre de la France d’Outre-Mer, Pierre-Henri Teitgen, aux fins de mener à bien la construction de l’aménagement hydroélectrique de la Yaté et d’en assurer son exploitation. Lors de sa séance du 8 octobre 1955, le premier conseil d’administration de l’entreprise, confie à Hervé de MAUBLANC, la mission de construire l’aménagement (puissance installée de 68 MW et une productibilité annuelle de 300 GWh d’énergies renouvelables). Le site hydroélectrique de Yaté est inauguré quatre ans plus tard, le 21 septembre 1959, par Jacques SOUSTELLE, ministre de la France d’Outre-Mer.

Pour aller plus loin

Nos engagements Engagements
Notre gouvernance Gouvernance
Que faisons-nous ? Que faisons-nous ?